Institutionnel

Lu et vu pour vous : découvrez notre sélection de l’actualité liée à la protection sociale

Découvrez chaque semaine les actualités liés à la protection sociale des entreprises et des salariés, à l’innovation en santé, aux débats sur le rôle des mutuelles.

Retour sur les actualités du mois de juin

Autres actualités : santé, accès aux soins, protection sociale…

Méthode, insistance sur la prévention et « dossiers chauds » : deux articles du Figaro sont consacrés à la nouvelle ministre de la Santé.

 « La prévention sera au cœur de la mission d’Agnès Buzyn à la Santé ». Le Figaro, 8 juin 2016.

La nouvelle ministre de la Santé entend rompre avec la méthode martiale de Marisol Touraine.

[Abonnés] http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/06/08/20002-20170608ARTFIG00299-la-prevention-sera-au-coeur-de-la-mission-d-agnes-buzyn-a-la-sante.php

« Santé : la ministre Agnès Buzyn a quatre dossiers sensibles à traiter ». Le Figaro, 8 juin 2016.

Budget 2018 de la Sécu, audit sur le tiers payant généralisé, suppression du numerus clausus et développement des maisons de santé, fronde des dentistes… Les dossiers chauds à traiter en urgence par la nouvelle ministre ne manquent pas.

[Abonnés] http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/06/08/20002-20170608ARTFIG00358-sante-la-ministre-agnes-buzyn-a-quatre-dossiers-sensibles-a-traiter.php

Selon un sondage BVA pour Zava (site de consultations médicales), 42% des Français sont prêts à téléconsulter mais les pouvoirs publics sont réticents. Le Parisien revient donc sur le travail qui attend le nouveau Président de la République qui avait promis pendant la campagne de développer les téléconsultations pour répondre aux déserts médicaux et à l’encombrement des urgences.

« Téléconsultations : les Français y sont prêts, l’Etat moins ». Le Parisien, 3 juin 2017.

C’était une promesse du candidat Macron : développer les téléconsultations pour répondre aux déserts médicaux et à l’encombrement des urgences. La France est-elle prête ? Le veut-elle ? Pas sûr.

http://www.leparisien.fr/economie/teleconsultations-les-francais-y-sont-prets-l-etat-moins-03-06-2017-7012368.php

Retour sur les actualités du mois de mai

Autres actualités : santé, accès aux soins, protection sociale

Selon les projections de l’assurance maladie, un demi-million de patients supplémentaires souffriront d’au moins une pathologie chronique ou nécessiteront des soins au long cours d’ici 2020.

« Santé : forte hausse du nombre de malades nécessitant des traitements de longue durée en France d’ici 2020 ». Le Monde, 31 mai 2017.

Une population plus nombreuse et plus âgée, des maladies plus fréquentes… En 2020, la France devrait compter 548 000 personnes de plus qu’en 2015 atteintes d’au moins une pathologie chronique ou nécessitant un traitement au long cours (diabète, cancer, maladie psychiatrique…). Cette projection inédite a été dévoilée mercredi 31 mai par la Caisse nationale de l’assurance-maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) à l’occasion de la présentation d’une analyse « médicalisée » des dépenses de santé en 2015.

http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/05/31/sante-forte-hausse-du-nombre-de-malades-necessitant-des-traitements-de-longue-duree-en-france-d-ici-2020_5136420_1651302.html

Dans les dix prochaines années, l’offre de soins devrait encore être inférieure à la demande, selon une étude du ministère de la Santé.

« Les Français risquent de manquer de médecins pendant encore dix ans ». Les Echos, 30 mai 2017.

Aurons-nous suffisamment de médecins demain ? Alors que des tensions sur l’offre de soins se sont fait jour depuis quelques années, dans certaines spécialités comme l’ophtalmologie et certains territoires, la direction de la recherche (DREES) du ministère de la Santé vient de publier des projections démographiques sur la population médicale jusqu’en 2040. Et elles sont inquiétantes. L’offre médicale « devrait croître moins vite que la demande, au cours des dix prochaines années », estime la DREES.

https://www.lesechos.fr/economie-france/social/030359646926-les-francais-risquent-de-manquer-de-medecins-pendant-encore-dix-ans-2090586.php

Selon l’étude parue le 18 mai dans la revue britannique The Lancet, le système de santé français arrive au 15ème rang mondial. D’importantes marges de progression subsistent, notamment concernant l’accès aux soins.

« Le système de santé français au 15e rang mondial ». Le Figaro, 19 mai 2017.

La qualité des soins s’améliore à l’échelle de la planète, mais les pays les plus pauvres progressent moins vite que les autres.

http://sante.lefigaro.fr/article/le-systeme-de-sante-francais-au-15e-rang-mondial

Développer la prévention, lutter contre le renoncement aux soins et les déserts médicaux : le point sur les principales mesures santé défendues par le nouveau Président.

« Elysée : l’ordonnance santé d’Emmanuel Macron ». Pourquoi docteur ?, 8 mai 2017.

Elu ce 7 mai, avec 66 % des suffrages, Emmanuel Macron sera le 9ème  président de la cinquième république. Au cours de sa campagne, le candidat d’En Marche a fixé trois « défis à relever » en matière de santé : la prévention, l’accès aux soins et la soutenabilité financière. Son porte-parole, le Dr Olivier Véran, ancien député PS et rapporteur de la loi Santé, était sur le plateau de l’Invité Santé, le 12 avril dernier, pour détailler les mesures phares proposées par Emmanuel Macron.

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/21111-Elysee-l-ordonnance-sante-d-Emmanuelle-Macron

Retour sur les actualités du mois d’avril

Actualités du Groupe et de ses mutuelles

Dans une interview pour la revue Espace social européen, Patrick Brothier, Président d’Adréa et Vice-Président d’AESIO, est revenu sur les différents enjeux rencontrés par sa mutuelle et sur la construction du Groupe prudentiel AESIO.

« Notre valeur sociétale doit être perçue ». Espace social européen, 28 avril 2017.

« AESIO est le premier Groupe prudentiel validé par l’ACPR avec un calendrier exigeant. Nos trois mutuelles ont des cultures et des profils assez proches, avec des vécus et des intérêts économiques communs. Nous étions donc capables d’évaluer ce que nous pouvions faire isolément et collégialement. Nous définissions une stratégie partagée, qui sera déclinée dans nos mutuelles. Notre premier chantier est la construction d’une capacité en grand collectif, dans les branches et les grandes entreprises. Nous avons construit une équipe, opérationnelle depuis novembre, comprenant des salariés de nos mutuelles et des collaborateurs recrutés spécifiquement. Nous avons déjà bien avancé sur les modalités concrètes » Patrick Brothier, à propos de la construction du Groupe AESIO. [Edition papier] https://www.espace-social.com/numeros/n1110-du-28-avril-au-11-mai/

Aujourd’hui, les enjeux de protection sont majeurs, pour les entreprises et leurs salariés en particulier. Le Groupe Aesio, qui unit les mutuelles Adréa, Apreva et Eovi Mcd,  poursuit sa diversification pour répondre au plus près aux besoins des adhérents actuels et  à venir.

« Santé : EoviMcd, une mutuelle qui se réinvente ». Le Blog des Institutionnels, 20 avril 2017.

Eovi Mcd Mutuelle a présenté sa stratégie de transformation, notamment au service du client, de la qualité de la relation clients. Dans son communiqué de presse, la mutuelle met également en avant son implication au sein du Groupe AESIO, au service de sa stratégie de développement auprès des grands comptes, de courtage, des branches professionnelles et de la diversification de l’activité vers la prévoyance et l’assurance de biens. https://leblogdesinstitutionnels.fr/2017/04/20/en-route-vers-luberisation-des-services-de-sante-eovimcd-mutuelle/

« Mutuelles : Aesio se diversifie en assurance de biens ». L’Argus de l’assurance, 7 avril 2017.

C’est en premier lieu Adréa Mutuelle qui va débuter et piloter le déploiement de cette nouvelle offre en assurances de biens, en partenariat avec Thélem assurances. Retrouvez l’article de l’Argus de l’assurance à ce sujet :  http://www.argusdelassurance.com/acteurs/mutuelles-aesio-se-diversifie-en-assurance-de-biens.117459 .

Actualités du secteur

Une autre conséquence de l’élection, l’issue des négociations conventionnelles entre l’Uncam, les syndicats FSPF et USPO, ainsi que l’Unocam est repoussée.

« Pharmacie : les négociations conventionnelles conditionnées à l’élection présidentielle ». L’Argus de l’assurance, 6 avril 2017.

Les négociations conventionnelles entre l’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam), les deux syndicats représentatifs de la pharmacie d’officine (FSPF et USPO), ainsi que les complémentaires santé (Unocam), qui devaient aboutir le 5 avril, achoppent toujours sur l’évolution des modes de rémunération. Surtout, elles ne reprendront pas avant le 26 avril, soit au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle. A lire dans l’Argus de l’assurance : http://www.argusdelassurance.com/institutions/pharmacie-les-negociations-conventionnelles-conditionnees-a-l-election-presidentielle.117429.

Autres actualités : santé, accès aux soins, protection sociale

Enjeux majeurs pour la société française, la santé et le financement de la protection sociale occupent une place de premier plan dans les débats pour l’élection à la présidence de la République.  

« Santé : le match Macron/Le Pen ». La Tribune, 28 avril 2017.

Dans un article publié dans La Tribune, Alexis Dussol, Président d’Adexsol et ancien Président de la conférence nationale des directeurs de centres hospitaliers, revient sur la place de la santé dans le match entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Selon l’auteur, s’il y a bien quelques rares points de convergence entre les deux finalistes, en particulier sur les constats, les propositions d’Emmanuel Macron paraissent plus complètes et plus détaillées. http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/sante-le-match-macron-le-pen-699698.html

« Sécu : comment Macron et Le Pen veulent réaliser des économies ». La Tribune, 25 avril 2017.

En matière de santé, les deux candidats retenus pour le second tour de l’élection présidentielle, prévoient une série de dépenses importantes. Le candidat d’En Marche ! veut passer à un système de santé plus centré sur la prévention, en développant la santé connectée, et compte réaliser des économies sur les médicaments grâce aux génériques et à la lutte contre le gaspillage. Marine Le Pen mise aussi sur ces deux dernières mesures. Elle compte également supprimer l’Aide médicale d’Etat et renforcer la lutte contre la fraude à la Sécurité sociale. http://www.latribune.fr/economie/france/secu-comment-macron-et-le-pen-veulent-realiser-des-economies-695528.html

Les déserts médicaux remettent en cause l’accès aux soins pour tous, pilier de notre système de santé et enjeu majeur pour les acteurs de la protection sociale en France. Les mutuelles, en tant qu’acteurs de santé investis dans le développement des établissements de soins et dans l’innovation (télémédecine par exemple), apportent leur contribution importante pour relever  ce défi.

« Les déserts médicaux de Mayenne ». Le Figaro, 18 avril 2017.

[Abonnés] Dans le cadre du dossier « Les oubliés de la campagne », Laure Mandeville du Figaro publie un article très complet sur les déserts médicaux en Mayenne. Absence de médecins, pénurie aigue de spécialistes, urgences embrouillées : la question de l’accès aux soins est un problème majeur du département.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/04/18/01016-20170418ARTFIG00269-les-deserts-medicaux-de-mayenne.php

« Toute l’industrie de la santé va devenir digitale ». Les Echos, 3 avril 2017.

Interview de John Flannery, DG de General Electric Healthcare dans Les Echos. John Flannery dirige l’activité santé de GE, un pôle qui emploie plus de 5 000 ingénieurs logiciels. Dans cette interview,  il livre sa vision du virage numérique dans le domaine de la santé. Selon lui, GE est en train de se réinventer comme une entreprise digitale. La prochaine vague d’innovation intégrera les machines et les données. A l’avenir, toute l’industrie de la santé sera digitale, même si la mutation est encore lente. https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/0211932170807-john-flannery-toute-lindustrie-de-la-sante-va-devenir-digitale-2077052.php

« Santé : le sort du tiers payant ne tient qu’à un fil ». L’Opinion, 3 avril 2017.

Le tiers payant généralisé est rejeté par les médecins. L’auteure revient sur les discordes qu’il crée parmi les candidats à la présidentielle ; si la droite veut le supprimer, la gauche veut le conserver alors qu’Emmanuel Macron souhaite, lui, l’évaluer. http://www.lopinion.fr/edition/economie/sante-sort-tiers-payant-generalise-ne-tient-qu-a-fil-123401

Retour sur les actualités du mois de mars

« La sécu se lance dans le sur-mesure pour lutter contre le renoncement aux soins ». Le Monde, 28 mars 2017.

Plus du quart des assurés (26,5 %) interrogés dans les accueils de dix¬huit caisses primaires d’assurance¬maladie (CPAM) disent avoir renoncé à des soins.  C’est fort de ce constat établi en juin 2016 avec l’Observatoire des non¬ recours aux droits et aux services (Odenore) que la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) a annoncé, mardi 28 mars, qu’elle allait généraliser d’ici à 2018 un dispositif visant à proposer un accompagnement « personnalisé » aux personnes n’ayant pas engagé des soins pourtant nécessaires. Objectif du projet, réalisé à moyens constants : aider les « non recourants » à mieux profiter de leurs droits. http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/03/28/la-secu-se-lance-dans-le-sur-mesure-pour-lutter-contre-le-renoncement-aux-soins_5101898_1651302.html

« Notre système de santé à l’épreuve du vieillissement ». Le Monde, 28 mars 2017.

Selon l’auteur, quand on parle de solidarité intergénérationnelle, beaucoup pensent au système de retraites ou encore à la circulation des richesses. Mais qui s’interroge sur la santé ? L’évocation par François Fillon de la possibilité de limiter la prise en charge de la Sécurité sociale aux « gros risques » médicaux a suscité un vent de colère et démontré l’attachement des Français au caractère solidaire de l’Assurance-maladie. Avec l’allongement de la durée de vie, cette solidarité devient de plus en plus intergénérationnelle : financées par l’ensemble de la société à travers des cotisations sociales, la CSG et des taxes diverses, les dépenses de santé se concentrent sur une partie de la population âgée et souffrant de maladies chroniques. L’allongement de la durée de vie est un fait dont on peut se réjouir: aujourd’hui, 18 % de la population a 65ans ou plus. En 2060, ce sera près du tiers de la population et notre pays comptera 200 000 centenaires, selon l’Insee. Or, l’état de santé de chacun est étroitement lié à son âge, et la population très âgée nécessite des soins plus fréquents, nombreux et coûteux. Plus on vieillit, plus nos interactions avec le système de santé sont fréquentes. Il faut donc œuvrer pour le préserver.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/03/28/le-vieillissement-bouleverse-notre-systeme-de-sante-et-doit-l-amener-a-se-transformer_5102082_3232.html